Les autres créations

JE SUIS MOI est une pièce d’une heure pour trois danseurs et une comédienne inspirée par une étude de la peinture Le Jardin des Délices de Jérome Bosch.

Abordant la question des états de conscience modifiés dans l’art et le rêve, elle met en scène des représentations humaines du Paradis, du Purgatoire et de l’Enfer.

 

JE SUIS MOI est une création en forme de voyage introspectif dans ces trois royaumes, structurant une métamorphose du sujet.

L’expérimentation de perceptions corporelles sert de base à l’écriture chorégraphique qui s’élabore à partir d’improvisations.

S’imprégnant de vécus émotionnels, de situations scéniques ou sociales et d’images fantasmées, les interprètes (se) cherchent et évoluent dans des états de corps très différents, touchant et révélant les passions humaines, toujours singulières et déjà partagées.

Les genres se mettent en places lors d’une représentation/figuration de la traversée des trois tableaux sur scène.

Je suis moi

Solo sur l'esthétique et la symbolique des Memento Mori, « Souviens-toi que tu vas mourir ».

 

Cette voix que l'on entend dans le Memento Mori signe un arrêt, une effraction de la mort dans notre Réel. C’est un terrible rappel à l’ordre qui nous confronte à l’idée de mortalité.

 

Les expositions du musée Maillol sur les Vanités, du musée d'Orsay, Crimes et Châtiments ainsi qu’un voyage à Rome, ville d'art et d’histoire qui vit naître le Memento Mori comme une pratique militaire avant de devenir un courant artistique, ont inspirés ce projet.

 

La visite de la villa Borghèse à Rome, où est exposée une partie de l’œuvre du Caravage, fut un moment déterminant. Attirée par l’art de ce peintre sulfureux, c’est à ce moment que Marie prend conscience du désir qu’elle a de se plonger dans un travail autour de ce genre « macabre » dont l’analyse, la création et le sens relèvent ensemble d’une (terrible) universalité.

 

Caravage, me voilà

LE PROJET SUR SCÈNE : UN TABLEAU VIVANT DE LA MORT

 

L'expérimentation d'improvisation, s'imprégnant des images des Memento Mori, servira de base à l'écriture chorégraphique. Passant d’un état de corps à l’autre, se laissant aller à la gestuelle contemplative, imitant la gestuelle des conversations (Vanité du Caravage) ou de l’extase, la recherche chorégraphique est autant un exercice de transposition de l’image d'un corps dansant qu’une tentative d’oxymore : faire transparaître la finitude de l’homme dans ce mouvement qui le maintient inévitablement en vie.

 

Un crâne, un miroir psyché, une corbeille de fruits et un rituel d'absinthe accompagneront ce théâtre baroque devenu cabinet de curiosité au service de la symbolique des Memento Mori et de la sublimation du geste.

Chorégraphié et Interprété par Marie Perruchet

Compositeur : Erwann Kermorvant

La réunion du Paradis, du Purgatoire et de l’Enfer que constitue le Jardin des Délices ne rejette rien de l’univers et accepte la bipolarité de notre personnalité. Le diabolique et le sacré, la religion et l’hérésie, la sublimation et l’absurdité des corps, le féminin et le masculin s’unissent sous le pinceau du peintre et dans la danse/les corps dansant.

Les phénomènes hallucinatoires pourraient libérer le refoulé, laisser surgir des images archaïques tout comme une gestuelle spontanée et permettrait de découvrir des sensations corporelles nouvelles, les sensations d’un esprit libre où la créativité prend sa source.

L'étude analytique, Etats modifés de conscience, arts et rêves, le jardin des délices, Jérôme Bosch d’Annick Drevet-Tvermoès a inspiré cette pièce. La cohérence des thèmes et des concepts analytiques présentés ont été le point de départ d’une recherche intellectuelle et chorégraphique.

Cette étude s'attache à donner des indications sur le phénomène même de créations et s’interroge sur les états et les circonstances dans lesquelles Jérôme Bosch aurait pu peindre le Jardin des Délices. Elle fait référence, entre autre, à son appartenance à la confrérie des adamites.

Chorégraphie: Marie Perruchet

Avec Aurore Godfroy, Charley Guerin, Marie Perruchet, Emilie Vidal

Compositeur : Charley Guerin